Nathan Paulin : « j’essaie de me remplir de pensées positives pour aller au bout »

Présentes-toi pour que les internautes sachent qui tu es ?
Je suis Nathan Paulin, j’ai 23 ans et je suis originaire de Haute-Savoie. Je pratique la slackline dans le vide : la highline. Je détiens le record du monde de la discipline avec une traversée de 1662m de long. Cette passion est devenue au fil des années mon métier grâce aux spectacles, démonstrations et à mes sponsors. J’ai récemment traversé une highline entre la Tour Eiffel et le Trocadéro en faveur du Téléthon.

 

 

 

Tu as toujours rêvé de marcher sur une sangle ?
Non pas spécialement, j’ai commencé entre deux arbres quand j’avais 17 ans. J’ai adoré le fait de devoir être très concentré lors de la pratique de la slackline. J’ai donc voulu faire des longueurs de plus en plus importantes pour retrouver cet état de concentration presque méditatif.

A quoi penses-tu au dessus du vide ?
Je pense à beaucoup de choses, comme j’y passe du temps j’ai le temps de penser à presque tout. Lors de traversées importantes et difficiles j’essaie de me remplir de pensées positives pour aller au bout.

Faut-il être fou pour faire de la slackline ?
Non il ne faut pas être fou, au contraire il faut être très pausé et réfléchir pour faire des installations avec la meilleure sécurité. Quand on est dans le vide sur la sangle il n’y a aucun risque, nous sommes attachés.

Certains parcours demandent plus de préparations ?
Oui lors des records il faut passer beaucoup de temps à préparer : demande d’autorisations auprès de beaucoup d’organismes, recherche de financements, repérages sur place. Il faut aussi beaucoup s’entraîner avant et être fort mentalement le jour J.

 

 

Quel a été ton défi le plus insolite ?
La traversée sur la tour Eiffel est pour l’instant mon défi le plus fou !

Qu’est-ce qu’un moment de détente pour toi ?
Pour moi un moment de détente est une sortie en montagne, c’est apaisant et permet de se régénérer.

L’idée de devenir funambule dans un cirque t’a déjà traversé l’esprit ?
Je n’ai jamais pensé devenir funambule dans un cirque, la slackline a une origine plutôt sportive et montagnarde. Même si maintenant je fait souvent des spectacles qui se rapprochent parfois de ce que l’on peut voir au cirque.

 

 

 

De quelles manières tes potes te définissent ?
Ils me définissent comme quelqu’un de calme et déterminé.

Quelle est ta plus grande peur ?
Je n’ai pas de plus grande peur. Ah si ! les araignées…

Ton objet indispensable ?
Une sangle et depuis quelques temps : un parapente.

Merci à Nathan d’avoir échangé sur son univers hors du commun à des centaines de mètres dans le vide !

Pauline – Confidences de Sportifs

Laisser un commentaire