Jim De Paoli : « En fait, plus le sport va vite, plus j’aime ça ! »

Présentes-toi pour que les internautes sachent qui tu es ?
Hello ! Je m’appelle Jim, j’ai bientôt 30 ans et j’ai grandi et j’habite Genève en Suisse.

Comment as-tu atterri dans le monde du Ice-cross Downhill ?
Je suis un peu tombé sur cette discipline par hasard. J’ai toujours aimé jouer au hockey sur glace et pratiquer par la même occasion divers sports comme le vélo, le ski, le roller. En fait, plus le sport va vite, plus j’aime ça !

 

 

À quand remontent tes premiers frissons ?
J’ai fait ma première descente au Red Bull Crashed Ice de Davos en 2008 (10 ans déjà).

Quelle est ta vitesse de pointe ? Le temps moyen d’une descente ?
Au Ice Cross downhill on peut atteindre des vitesses de 80km/h. Ensuite les longueurs de pistes changent beaucoup, du coup les temps peuvent être très courts (30sec) ou très longs (jusqu’à 55 secondes).

Quelques secondes avant un départ l’adrénaline prend le dessus sur la peur ?
Quand tu descends, il faut vraiment que tu te dévoues complètement, il faut y aller à fond, ne pas avoir peur. Si on y va qu’à moitié ou qu’on est un peu réticent, c’est là qu’on fait des erreurs. Il faut savoir de quoi on est capable et ensuite y aller à fond.

 

 

As-tu un schéma de course ou c’est de l’instinct ?
Chaque piste est différente, chaque run est différent. On va avoir une porte de départ différente et avoir des adversaires différents donc on ne peut pas vraiment avoir de stratégie. Encore une fois, il faut savoir de quoi on est capable, savoir là où on est potentiellement meilleur que l’autre et y aller à fond. Évidement de partir devant et rester devant reste la stratégie la plus sûre et la plus efficace, mais ça ne se passe pas toujours comme ça. Après en course on peut aussi improviser, mais c’est pas trop conseillé.

La meilleure compétition à laquelle tu es participé ?
Jusqu’à maintenant, l’Évent de Lausanne en 2013 reste un très bon souvenir, le tracé de la piste était incroyable. Sinon évidement ma première victoire en Riders Cup et mon premier podium sur un événement majeur à Ottawa en mars dernier étaient des supers moments.

Ce qui te fais vibrer dans la vie ?
Dans la vie j’aime être surpris. J’essaye de casser la routine et tout ce qui sort de l’ordinaire, les nouveaux sports, les nouveaux défis, j’aime ça.

 

 

En suisse, est-ce un sport reconnu par la population ?
Le Ice cross downhill n’est pas vraiment reconnu en Suisse. Ce n’est pas beaucoup relayé par les médias mais on essaie de faire de notre mieux pour inviter un maximum de monde à venir s’y essayer. On a la chance cette année d’avoir un petit bout de piste à Crans-Montana ouvert au public.

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour la suite ?
J’espère pouvoir rivaliser avec le haut du classement encore quelque temps, après je ne sais pas, on verra si je reste impliqué dans le sport d’une manière ou d’une autre.

 

Crédits photos : @Mark_Roe

Merci à Jim De Paoli d’avoir accepté de répondre à cet interview !

Pauline – Confidences de Sportifs

Laisser un commentaire