Vincent Cotte : « au début, se jeter dans le vide n’est pas normal pour un être humain ! »

Présentes-toi pour que les internautes sachent qui tu es ?
Bonjour à tous, je m’appelle Vincent Cotte, j’ai 32 ans, je pratique le parachutisme depuis 12 ans et je compte maintenant 4500 sauts d’avion environ à mon actif. Vice champion du monde en 2016, vainqueur de la coupe du monde et du championnat d’Europe en 2017. Membre des équipes de France et sportif de haut niveau depuis 2015.

Comment as-tu commencé le Freefly ?
J’ai commencé le parachutisme en 2005, le freefly m’a toujours attiré, j’y suis venu des que j’ai pu, après avoir passé les brevets nécessaires pour pratiquer cette discipline, je dirais en 2006. Le freefly en général est le fait de pouvoir évoluer en l’air librement, tête en haut, tête en bas, dans l’angle, dans des vitesses généralement rapides, d’explorer toute les dimensions du vol.

 

 

En quoi consiste cette discipline ?
En compétition, nous sommes une équipe de trois, composée de deux performeurs et d’un caméraman. Nous devons réaliser une chorégraphie en l’air de 45 secondes à partir de la sortie de l’avion. Nous sommes jugés sur l’artistique, la difficulté des figures présentées, l’exécution ainsi que le travail du caméraman.

Te rappelles-tu de ton premier saut ? Où, quand et à quel âge ?
J’ai fait mon premier saut le 05/05/2005 à Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs, j’avais 20 ans, je m’en rappelle très bien. J’étais très excité mais dès la sortie de l’avion, je ne comprenais pas bien les gestes de mon moniteur : beaucoup d’informations et d’émotions à gérer. Au début, se jeter dans le vide n’est pas normal pour un être humain !

 

 

À quelle hauteur sautes-tu en moyenne ?
En moyenne nous sautons à 4000 mètres au dessus du sol. Il m’est arrivé parfois de monter plus haut pour réaliser des records de grandes formations par exemple à 6000 mètres pour le record d’Europe (80 personnes « grippées » tête en bas) réalisé en Espagne.

Combien de figures sont effectuées en un saut ?
Tout dépends du saut, de manière générale plus le niveau technique augmente, plus on a le temps de réaliser des séquences en l’air. Dans notre discipline on recherche vraiment à réaliser des figures à trois, en synchro avec notre caméraman pour que cela rende bien à l’écran.

 

 

À quoi penses-tu avant de sauter et dans les airs ?
Tout dépend également du saut ! De manière générale je travaille beaucoup avec une méthode de prévisualisation qui me permet de me représenter les figures que je vais réaliser avec mes coéquipiers, de visualiser mes placements et mes appuis sur l’air.

Pourrais-tu te décrire en quelques mots ?
Je pense que je suis un passionné de l’air, en quête de nouvelles sensations, essayer d’exploiter un maximum les possibilités quasi infinies que nous offre notre terrain de jeu : le ciel !

 

Merci à Vincent pour ses réponses et d’avoir pris du temps pour répondre à ma sollicitation. Bon courage pour la suite !

Photos : Facebook Vincent Cotte 

Crédit photo : Matthias Halde

Pauline – Confidences de Sportifs

Laisser un commentaire