Bixente Larralde : « mon frère m’a contaminé par son goût pour ce sport »

Présentes-toi pour que les internautes sachent qui tu es ?
Je m’appelle Bixente Larralde , j’ai 20 ans je suis né à Bayonne et je vis actuellement à Hasparren (64). Je suis un joueur de Pelote basque dans la spécialité de la main nue.

Explique-nous le sport que tu pratiques et en quoi consiste t’il ?
La Pelote basque à la main nue consiste comme son nom l’indique de jouer avec la main nue à l’aide d’une Pelote. C’est un sport qui se pratique en 2 contre 2 ou en tête à tête. Le but est de frapper la Pelote le plus précisément possible afin de marquer des points et le premier qui arrive à 40 a gagné.

A quel âge as-tu commencé et d’où provient cette passion ?
J’ai commencé à frapper ma première Pelote à l’âge de 3/4ans puis je me suis inscrit à l’école de pelote de Hasparren (Noizbait) à l’âge de 6 ans. Cette passion provient de mon frère, qui a 4 ans de plus et qui m’a contaminé par son goût pour ce sport.

Qu’est-ce que ça représente de partager ce sport avec ton frère ?
Cela représente beaucoup pour moi et toute ma famille, cette passion nous soude encore plus que ce que l’on est déjà ! La partager avec son propre frère c’est une chance inouïe car elle permet de partager des joies immenses et de nous rapprocher encore plus l’un de l’autre.

Comment abordes-tu ce championnat du monde – 22 ans en Argentine ce mois-ci ?
Je l’aborde avec impatience, car c’était mon rêve de pouvoir défendre nos couleurs de la France et de participer un jour à un championnat du monde !

Quand tu dis que tu pratiques la pelote basque à main nue, quelles sont les réponses ?
Les réponses sont mitigées, soit les personnes ne connaissent pas ce sport ou bien elles restent épanouies par la difficulté que ce sport exige !

Quelles sont les protections que tu disposes ?
Les protections sont des protections spécifiques à la Pelote qui permettent d’amortir un peu l’impact que la Pelote amène lors de la frappe. Pour commencer on dispose une couche de colle que l’on appelle du vert (double face) ensuite du sparadrap, de l’elastoplast puis du taco (une sorte de mousse, sous forme de rouleau).

Un passe temps en dehors du sport ?
Mes passes temps restent simples. Ils tournent autour de la nature : chasse avec mon père et mon chien, la pêche avec les amis et bien entendu la famille et amis.

Si tu devais te réincarner en un animal qui serais-tu ? 
Un chien.

Merci à Bixente d’avoir pris le temps de répondre à mes questions, ce fut un belle échange !

Crédits photos : Marc Mittoux

Pauline – Confidences de Sportifs

Laisser un commentaire